Posted on

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Sexe et loyautéJe ne suis pas toujours fier de mes exploits. Encore peut-on parler d’exploit à cet égard ? La forfanterie est le lot de nombre de mâles. Surtout quand ceux-ci se targuent d’être tombeurs ou collectionneurs de bonnes fortune. En l’occurrence cet été j’avais été convié par un ami à le rejoindre dans sa propriété près de Montpellier. Ce singulier ami était un cadre important d’une boîte dont j’avais été licencié. Il m’avait tant bien que mal soutenu. Manifestement pétri de culpabilité, il voulait se racheter maintenant. Il voulait m’entretenir de projets qui me relèveraient.Je me vis contraint d’accepter dans la mesure où cette offre était sincère et peut-être décisive pour mon prochain avenir. Je n’en détestais pas moins secrètement cet homme que j’ai baptisé trop vite : Mon ami. Il est mon partenaire de tennis. Je l’ai souvent battu à ce jeu. Il en a résulté une sourde rivalité entre nous. J’ai idée qu’il n’avait pas été mécontent de mon infortune. Bref notre relation était, j’en conviens des plus troubles pour ne pas dire perverses. On peut concevoir des vacances d’été plus saines plus apaisées. Ainsi arrivais-je chez lui rempli de toutes ces préventions.Il a une femme remarquable. Elle est plus sensuelle, énigmatique que belle. Encore faudrait-il pouvoir définir ce qu’est la beauté chez une femme. Elle m’a en tout cas toujours impressionné. Je ne l’ai approché que de loin. Elle semblant m’esquiver et moi faisant de même. Ces vacances nous donnaient l’occasion de nous rapprocher davantage. Il est possible que cette singulière perspective fut la raison secrète que j’acceptas une telle invitation. Aussi ne fus-je pas peu déçu le premier jour de savoir quelle était partie en goguette avec une amie au pays basque. Je dus ronger mon frein.Son mari ne m’avait pas raconté des histoires. Ses propositions quant à mon avenir étaient concrètes, solides. Il pouvait me faire bénéficier de ses réseaux. Il m’assurait que ma candidature serait plus que soutenue par lui. Je dus convenir en moi-même que je l’avais jugé trop sévèrement. Que du moins il était loyal. Bref je n’avais pas fait le voyage pour rien. L’horizon des prochains mois se dégageait. Je retrouvais confiance. Volontiers acceptais-je ses apéros et piquais-je une tête dans sa piscine. Même fis-je exprès mais avec subtilité de lui céder un ou deux sets sur le tennis.Madame ne devait rentrer que le surlendemain. Le pote prit prétexte de cela pour s’offrir une bonne soirée de boîte avec des filles. En somme il ne répugnait pas à tromper sa femme et à s’afficher en joyeux libertin. Curieusement ce comportement me choqua. Il renchérit en expliquant que l’amie avec laquelle était partie sa femme, était aussi une maîtresse. Sa femme le savait. Il me laissait subodorer entre eux quelques à trios savoureux. Bref nous ramenâmes deux filles ce soir-là. Je baisais une brune avec un mince enthousiasme. J’en dis tout le contraire le lendemain au copain.Annie _ ainsi se prénommait sa femme _ parut enfin flanquée d’une blonde, formidable créature. Le pote n’avait pas menti quant à son sex-appeal. Je concevais qu’il eût cédé à une telle tentation. La garce me dévora du regard n’attendant pas moins que d’autres que je fis allégeance à sa beauté et à sa sensualité. De façon coquine elle glissa quelques mots à l’oreille d’Annie tout en me regardant. Les deux s’esclaffèrent. Je surpris par la suite des gestes furtifs et saphiques entre elles. L’alcool aidant, il s’établit fort vite une atmosphère d’où il résultât que la blonde et le pote disparurent.Je vis qu’Annie ne s’était pas débarrassée de toute sa défiance à mon égard. J’étais cependant un peu interloqué qu’elle ne s’émut pas que son amie blonde ait entraîné son mari dans la chambre et ce devant un tiers comme moi. Il eût été plus avisé que cette garce me choisit plutôt que son mari d’autant qu’elle avait manifesté semble-t-il du goût pour moi. Je préférais néanmoins parler d’autre chose. Peut-être fis-je mal à propos la louange de son mari qui me sauvait la mise, me remettait le pied à l’étrier tandis qu’il baisait à côté avec sa meilleure amie. Je vis que cela la désappointait.Elle mesurait à quel point son mari et son amie lui manquaient de respect en se comportant ainsi devant un tiers. Devinait-elle ce que ce mari m’avait conté de leurs mœurs ? Quoiqu’il en soit elle me percevait comme un intrus voire un espion. J’avais eu accès fort indûment à des secrets que recelait cette maison. ataşehir escort Je voyais le moment où elle signifierait à son mari de m’exfiltrer au plus vite. J’étais morfondu d’être cause d’un dissensus entre eux et de m’éloigner davantage d’Annie. Pourtant jamais n’avais-je été aussi près d’entrer dans ses bonnes grâces et d’accéder à son amitié.Elle me suggéra de prendre un autre apéro près de la piscine sous un parasol car il faisait encore trop chaud à cette heure. Je compris qu’elle ne voulait assister à la scène de nos deux zozos s’extirpant cramoisis de leur chambre tout aux impressions encore de leurs ébats. Moi-même je n’eus pas supporté une telle indécence. Forniquer ainsi devant tous y a pas idée. J’en vins à lui parler du pays basque que je connaissais. Là je marquais quelques points. Elle vit que mon expérience de cette contrée n’était pas vaine. Je fis montre en la matière de tact et d’une certaine érudition.La putain blonde vint nous rejoindre la première. Elle était à présent calme et sereine. Personne n’eut pu deviner qu’elle avait fait l’amour frénétiquement le moment précédent. Elle parlait en tout flegme avec vous de la pluie et du beau temps. J’étais fasciné de la propension de ces créatures à s’adapter si aisément à chaque situation. Baiser participait pour elles comme de l’hygiène de respirer ou de plonger dans une piscine. Elle ne semblait éprouver nulle culpabilité à l’encontre de la copine dont elle avait débauché le mari. Tout lui semblait dû et notamment les hommes dont j’étais.Enfin ledit mari nous rejoignit. Lui aussi affichait flegme et tranquillité. Il me fit un clignement d’œil. Plus tard il me souffla : « Faudra que tu te tapes cette pute. Elle suce et aime tout prendre dans le cul. » Il prêtait volontiers à d’autres ses maîtresses. Magnanime il aimait partager avec ses amis. Sur l’éventualité que sa femme put être jalouse ou offusquée de ses comportements, il balayait cela d’un revers de main et par ces mots : « De toute façon c’est elle la première qui l’a fait venir dans notre lit cette pute ! » Bref Annie était en première ligne, la débauchée. Lui fermait la marche.Cette nuit je fus un peu triste pour Annie. Je voyais le moment où on me proposerait de sauter la blonde. Je n’étais pas sûre qu’Annie apprécierait. Comment pourrais-je me défiler alors ? Le lendemain je fus accueilli du magnifique sourire d’Annie. J’en fus sincèrement surpris. Elle ne me faisait plus la moue. Je crus au tout premier instant qu’elle se moquait et cachais derrière quelque perfidie. Elle tint à ce que je fis les courses avec elle. Elle n’avait cure de laisser les deux autres dans notre dos faire ce qu’ils voulaient notamment des cochonneries. Elle était fort séduisante.Nantie de sandales noires d’été à talons hauts, d’une minijupe de cuir mauve et d’un petit débardeur sans manche grenat exaltant ses petits seins, elle escomptait sûrement attirer les regards des mâles en faisant quelqu’essai sur moi. J’eus du mal à dissimuler mon vrai émoi. Ce qu’elle prit bien et sans ménagement. Je la voyais, heureuse, sûre d’elle. Libre fauve sur sa route. Assurément elle ne se contraignait plus loin de son mari voire de son amie. Je remerciais la providence d’être le témoin de ce spectacle. Bientôt je lui avouais sans ambages que je la trouvais belle. J’eus droit à son sourire.Elle avait mis un point d’honneur à prendre sa voiture et à m’infliger une conduite sportive pour ne pas dire dangereuse. Mes crispations la réjouissaient. Je protestais tant bien que mal que la vitesse ne m’indisposait pas. Je n’en glissais pas moins cette question perfide : « Y-a-t-il des gendarmes dans le coin ? » Accélérant elle eût temps de crier : « De toute façon j’ai comme bon ami, un capitaine de gendarmerie ». Elle me signifiait par là que celui-ci était de ses amants. Décidément rien ne semblait en ces instants l’atteindre. Plus que jamais je la désirais et voulais la posséder.Nous fîmes les courses dans l’allégresse. Je n’étais pas peu fier d’accompagner cette jolie femme et que nombre m’en crurent l’heureux conjoint. Nous bûmes un verre à une terrasse de café. Là cuisses croisées et s’adonnant au jeu à peine innocent du dangling elle allumât autour impunément. Je lui fis observer qu’elle avait le pied mignon et qui ne manquait pas d’exciter autour. Elle dit : « Dois-je te compter alors au nombre de ces excités ? » Je répondis d’un sourire franc. Le pastis me montant à la tête au retour, je matais kartal escort maintenant sans retenue ses cuisses. Je ne me cachais plus.Peu avant d’arriver elle tint à parler de son amie. « Tu sais, tu lui plais. Ne te gêne pas pour nous. Tu pourrais l’att****r facilement » Je lui dis que mon statut d’invité m’obligeait cependant à une certaine réserve. Elle rit me traitant de nigaud. Elle ajoutât : « Mon gars. T’es en vacances. Lâche-toi. Ne renonce pas à un cul. » La fixant en guise de réponse je lui témoignais que je songeais plutôt à elle en matière de beau cul. Elle prit cela tel un hommage. Ce devait être important pour elle que je la préféras à son irrésistible amie. Elle semblât se déhancher davantage tandis que nous rentrions.Je n’avais de cesse désormais de pouvoir la coincer et l’embrasser. Elle me devinât s’échinant à me fuir. En même temps son amie me faisait du rentre-dedans. A éluder ses avances j’encourais d’y exprimer du dédain voire de faire accroire que je répugnais au sexe des femmes. Mon pote me fit des gros yeux m’intimant à attaquer et à entraîner dans une chambre cette putain. Annie tirant sur sa cigarette à ces moments-là, affectait de regarder ailleurs. Je percevais son agacement et que je jouais gros. Un moment seule dans la cuisine avec elle, elle lança : « Saute là et qu’on en finisse ! »Tout conspirait contre moi. En effet je n’avais plus d’autres ressource qu’à liquider la chose. Comme corvée et punition il y avait pire. Je pris cela comme un challenge escomptant la faire plus jouir que n’avait obtenu le copain. Un instant j’oubliais Annie recluse dans la pénombre. Je ne voulais pas cependant qu’elle assistât fut-ce de loin à la mise à mort. Je soufflais à l’oreille de la garce de se tenir prête quant à l’absence du couple. Le lendemain celui-ci dut aller visiter un ami à l’hôpital. Je fis croire que je devais aller à la banque tandis que la garce élisait de son côté bronzage et piscine.Après m’être assuré que leur voiture tournait le coin de la rue, je me précipitais à la piscine. Seins nus on eût pu la croire toute nue. Heureusement le string avec son fil constituait une dernière et vaine défense. Nous nous embrassâmes peu après. Elle s’enquit à me sucer après que mon bermuda chut à mes pieds. Je lui fis observer qu’un voisin pourrait nous voir. Elle n’y répondit que par un rire étincelant. Je palpais ses nichons qu’elle avait gros et remarquables. Son cul était non moins merveilleux et chaud sous la main. Elle méritait le terme galvaudé de bombe atomique.Nous préférâmes baiser cependant à l’écart dans la pénombre et fraîcheur de la chambre. J’escomptais bien y déployer toute mon énergie et mon talent. Nous baisâmes tels deux fous furieux durant des heures. Rien ne lui fut épargné. J’y sortis les couilles totalement vidées. On eût pu croire que j’avais été roué de coups, Fourbu je pensais avoir fait l’amour avec un cyclone. Le pote ne m’avait guère exagéré le tempérament de la miss. Tout homme ordinaire devait y laisser sa santé. Il était inconcevable de faire sa vie avec un pareil volcan. L’eau de la piscine me rasséréna un peu.Je sus qu’elle allait repartir dès le lendemain à l’appel d’un amant disposant d’un Yacht à St Raphaël lequel lui promettait le grand jeu. Elle m’affirma que j’étais un bon coup et qu’elle voulait me revoir. Nous échangeâmes nos numéros. Je percevais dans son ton la flatterie qu’elle devait infliger à tous ses amants. Néanmoins j’aurais voulu savoir si j’œuvrais mieux que mon ami et rival. Je perçus cependant la bassesse de ma petite question. Elle me suçât au bord de la piscine et disparut dans sa chambre tandis que le couple revenait soupçonnant que l’affaire avait été faite en leur absence.Annie dédaignât de me regarder et de me saluer. Le pote resté en arrière me fit un signe interrogateur. Par ma mimique je le rassurais et déclenchais une joie non feinte en son visage. Ce goret dut en parler à sa femme dans la cuisine. J’aurais préféré qu’il ne lui relatât pas ce triomphe modeste et qui ne m’honorait pas. Cela confinait à la gaffe. J’encourais de perdre tout espoir d’att****r Annie. Je pris l’occasion d’un instant où nous fûmes seuls pour lui dire : « Je n’ai qu’obéi à vos ordres. » Elle me lança un regard furieux de ses yeux gris. Je serais volontiers rentré en terre.Le dîner fut atroce. Annie faisait la gueule. Le pote habillât cela de ce qu’elle avait été affectée de voir leur ami couché dans sa chambre d’hôpital. kadıköy escort Elle prit prétexte de cela pour aller se coucher prématurément. Le pote sans pudeur en profitât pour entraîner la pute blonde dans une chambre. Il voulait se rassasier une dernière fois. J’eus idée surtout qu’il voulait passer juste derrière moi et y laissait son empreinte définitive. A travers la porte on les entendait gémir. Par décence je mis à fond le son de la télé. Il y avait un match de foot. Je n’étais pas mécontent qu’on se débarrassât de la pute.Le lendemain les adieux furent vifs à défaut d’être sincères. Les deux amies roucoulaient. Un esprit profane ou superficiel n’eût pas distingué entre le vrai et le faux et les eût cru les meilleurs amies du monde. Mon pote lui-même me poussant par le coude me chuchotât : « T’as vu ce que les gonzesses peuvent être hypocrites entre elles. Cela ne se ferait pas entre nous, hein ? » Je faillis m’étrangler. Ce benêt mesurait mal la chaleur de notre propre relation. Je perçus qu’il regrettait l’opportunité d’avoir sous son toit cette garce à discrétion et qu’il devrait chercher ailleurs maintenant.Je pris sur moi de ne pas repartir à l’attaque d’Annie aussitôt . Je devais faire preuve de pudeur et de patience. Ce temps de différé me l’attacherait témoignant en ma faveur. Je vis qu’elle avait besoin de calme et qu’à cet égard elle trouvait bon que je distrayas son mari l’éloignant un peu d’elle. Elle m’en sut gré et me le fit savoir un soir par un sourire. Elle chuchotât. « Demain refaisons des courses ! » Elle fut apprêtée presque comme l’autre fois et tout autant enjouée. Cette fois je n’attendis pas plusieurs kilomètres pour apposer ma main sur sa cuisse qu’elle ne repoussa pas.Peu après nous être garés en un parking souterrain, nous nous embrassâmes. Je lui dis : « J’attendais cela depuis longtemps ». Auquel elle répondit : « Je sais. » J’aurais aimé au gré des rues lui tenir la main et témoigner à la terre entière qu’elle était mienne ou du moins pour bientôt. Nous nous contentions de nous sourire et de nous frôler. Dans une papeterie derrière un panneau de cartes postales je parvins à voler un second baiser. Ni le mari ni la copine ne réussirraient à nous séparer.A la même terrasse de café son dangling fut plus mesuré. Sa jambe se collant à la mienne.Au parking j’obtins qu’elle se penchât sur moi et commençât à me sucer. En riant elle me fit observer qu’à ce moment d’autres couples faisaient de même en cet endroit. Je ne pus m’empêcher de penser qu’elle avait du faire cela ici souvent avec des amants. Je repoussais vite et loin la pointe de la jalousie. Elle suçait avec application et une once de délicatesse notamment en sa façon de vous pourlécher le gland et de le savourer longtemps dans la bouche. J’eus presqu’envie de lui dire qu’elle était plus raffinée que son amie en cet exercice. J’étais à cet instant le plus heureux des hommes.Près d’un champ brûlé par le soleil d’été nous fîmes l’amour. Elle se révélât non moins furie que sa copine bien que de façon diverse. Cette baise était pourvue d’un fort sentiment qui anoblit le désir. Je l’avais rêvé, convoité depuis trop longtemps. J’abordais enfin au port. J’affrontais son regard dur et cependant si bienveillant durant l’acte. Elle semblait vouloir lire en moi ma totale implication. Mesurais-je ma chance, l’honneur qu’elle me faisait ? J’aurais voulu lui dire, lui écrire que c’était un commencement et non une fin. J’étais venue ici que pour elle en quelque sorte.Gêné en rentrant je m’enfuis en ma chambre ne voulant croiser le regard du copain ce qui m’aurait trahi. J’entrevis ce qu’aurait de pénible cette promiscuité entre nous trois. Elle eût la sagesse souvent d’aller du travail car la rentrée approchait. Nos métiers nous rappelaient. Bien que chômeur je mis à contribution ces derniers jours à fourbir mes plans, mes projets avec le pote. Il était optimiste pour moi. Cela marcherait. Entre temps je m’arrangeais avec la miss pour nous rencontrer à l’extérieur ou à l’insu du mari. Bientôt nous en conçûmes plus d’excitation et une joie perverse.Je sus d’elle enfin qu’il n’y avait plus rien de sexuel entre eux. Cependant il était sage qu’il ne nous sut pas amants. Il m’appréciait vraiment contrairement à ce que j’avais pu penser. Il voulait m’aider et était un vrai ami. J’eus honte de le trahir ainsi. Elle me dit que je ne devais pas. Le sexe, l’amour sont cruels. Seul importait nous deux. Nous nous retrouverions sur Paris bientôt. Elle décidait de me faire une place en sa vie. Je n’osais lui dire d’éjecter ses autres amants. Elle valait bien cependant que je lui fis le sacrifice de mon amour-propre. A ce jour je n’en ai rien regretté.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir