Posted on

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ma magnifique salopeDès le premier soir, Christelle m’a prévenu clairement : « Ne t’attache surtout pas à moi. »J’ai rapidement compris pourquoi elle m’avait dit ça. Christelle était ce que j’appelle une véritable salope, au sens noble du terme, en admettant qu’il existe un sens noble à ce terme. Pas une fille qui passait son temps à tromper son mec, puisqu’elle n’avait pas de mec attitré. Christelle était une fille libre qui baisait avec qui elle voulait, quand elle le voulait. Ce soir-là, ce fut avec moi.Elle était photographe, comme moi, et nous avions été présentés lors de l’inauguration d’une expo collective à laquelle nous participions tous les deux. Nous avions bu un verre en discutant – un kir framboise, je m’en souviens comme si c’était hier. Puis deux, et trois, et quatre.A la fin du cinquième, elle m’a dit qu’elle préférait rentrer chez elle avant d’être complètement ivre. Je l’ai raccompagnée. Nous habitions tous les deux en centre-ville et nous avons marché dans la même direction pendant un petit quart d’heure, puis, au moment de se séparer, on s’est retrouvé bêtement à l’angle d’une rue. On s’est regardé en souriant, puis je lui ai proposé qu’on se prenne une bouteille dans une épicerie de nuit et qu’on aille boire un dernier verre chez moi.Elle a accepté.Une heure plus tard, après deux ou trois autres verres, Christelle m’a demandé si je voyais un inconvénient à ce qu’elle dorme chez moi, car elle ne se sentait pas capable de ressortir et de rentrer chez elle. J’ai accepté et elle est allée prendre une douche.Quand elle est réapparue dans mon salon, elle était à poil.Elle m’a dit :« Je vais me coucher. »Elle s’est dirigée vers ma chambre et je suis allé prendre une douche à mon tour. En sortant, je ne me suis pas rhabillé. Je suis entré discrètement dans la chambre et j’ai soulevé le drap. Je me suis couché près de Christelle, puis je lui ai touché une épaule. Ensuite, la taille. Puis une cuisse. Elle a gémi, puis s’est tournée vers moi.Elle m’a dit :« Ne t’attache surtout pas à moi. »On s’est embrassés sur la bouche, diyarbakır escort avec la langue, puis elle a plongé sous le drap pour me sucer. Ensuite, ses cuisses ont enjambé mon visage et j’ai pu lui lécher le cul et la chatte.Nos têtes tournaient sérieusement et, quand je suis parvenu à pénétrer sa chatte avec ma bite, j’ai réalisé que nous n’avions pas parlé un seul instant de se protéger ou pas. Nous avons baisé et j’ai touché ses seins en l’embrassant de nouveau sur la bouche avec la langue.La suite est floue.Je n’ai pas éjaculé et on s’est endormis.Le lendemain, Christelle m’a réveillé au moment de se lever. J’ai ouvert les yeux et je l’ai vue se diriger vers la porte.Je lui ai dit :« Qu’est-ce que tu fais ? Tu t’en vas ? »Elle s’est retournée et m’a répondu :« Oui, je ne veux pas te déranger plus longtemps. »« Tu ne me déranges pas, ai-je répondu. J’aurais voulu me réveiller avant toi pour aller chercher des croissants. »Elle a souri et dit :« Je vais aller en chercher, ne bouge pas. »Pour ce petit déjeuner, Christelle a passé un t-shirt beige et une culotte noire. J’étais en caleçon. On ne s’est pas dit grand-chose, on s’est surtout regardés en souriant. Ensuite, je lui ai demandé si elle avait quelqu’un dans sa vie et elle m’a répondu que je lui avais déjà posé la question la veille. Je n’en avais aucun souvenir. Elle n’avait personne. Alors je lui ai demandé si elle était pressée de partir. Elle m’a répondu non.Un moment de silence s’est écoulé et je lui ai demandé si elle voulait bien enlever sa culotte, le temps de finir de déjeuner. Elle ne m’a pas répondu. Elle s’est levée, a enlevé sa culotte, puis s’est rassise. Pour finir, nous avons fait une 69, puis j’ai fait glisser mon gland dans la chatte de Christelle. Et, tout en baisant, je lui ai demandé si elle voulait bien qu’on mange ensemble à midi, puis qu’on aille faire un tour dans la ville. Elle a accepté.Mais à la question :« Veux-tu revenir chez moi ce soir ? »Elle a répondu :« Non, désolée, j’ai un rencard. »« Avec un mec ? »« Oui. »Je n’ai pas débandé. escort diyarbakır Je la pénétrais toujours et je sentais ses doigts qui masturbaient son clito.J’ai dit :« Je croyais que tu n’avais personne… »Elle a répondu :« Je n’ai personne, mais j’ai promis à ce mec de venir chez lui ce soir. »« Pour baiser ? ai-je répondu. »« Il y a de fortes chances. Je t’ai prévenu, il ne faut surtout pas s’attacher à moi. »Je bandais toujours. Ma queue allait et venait dans sa chatte et je lui suçais un téton de temps à autre.Je lui ai dit :« Tu vois beaucoup de mecs ? »Il a souri et soupiré :« Quelques-uns. »« Combien ? ai-je dit. Deux ? Trois ? »Elle m’a regardé dans les yeux tandis que je lui empoignais une fesse :« Plutôt cinq ou six. »Je me suis retiré pour éjaculer sur son ventre. Une longue giclée laiteuse qu’elle a étalée sur sa peau, tandis qu’une deuxième jaillissait sur ses doigts.Le lendemain, vers midi, on a sonné à ma porte. C’était Christelle. Elle est entrée et nous avons bu un verre. Elle avait changé de fringues. J’en ai déduit qu’elle avait baisé, puis qu’elle était rentrée chez elle pour se changer.Nous avons bu un verre, puis deux, puis trois.Sous mes draps, j’ai fini par me décider à lui demander si elle s’était faite baiser la veille. Elle m’a répondu oui et j’ai voulu savoir si elle avait quelque-chose de prévu dans la journée. Elle m’a dit :« Oui, j’ai un rencard à 15 heures. »« Avec un mec ? »« Oui. »J’ai éjaculé dans sa chatte, bien au fond, en lui disant :« Salope. »Trois jours plus tard, elle est entrée chez moi en me demandant si elle pouvait prendre une douche. Je lui ai répondu que ça ne me dérangeait pas de baiser si elle n’en prenait pas, puis elle m’a dit :« Je viens de chez un mec, je préfère me laver. »Je suis allé dans la douche avec elle et, pour la première fois, je l’ai enculée. Ensuite, je me suis assis dans la douche et j’ai sucé sa chatte tout en me masturbant. J’ai fini en éjaculant dans sa bouche, sur le bord de sa langue, puis au fond de sa gorge, en lui caressant les cheveux.Elle diyarbakır escort bayan est revenue le lendemain soir, mais pas le surlendemain.Trois fois la semaine suivante.Onze fois le mois d’après.Je ne mettais jamais de capote. J’étais le seul à le faire comme ça, selon Christelle. Et on le faisait dans toutes les pièces de mon appartement, à poil ou à demi-déshabillés. Vite-fait ou en prenant tout notre temps.J’adorais la voir se foutre à poil ou ressortir de la salle de bains avec la chatte et les nichons à l’air.Elle aimait que je lui dise qu’elle était ma salope.Je m’étais même habitué à ce qu’elle surgisse chez moi au milieu de la nuit, après s’être faite baiser ailleurs, par un autre. Ou deux autres. Ça m’était complètement égal du moment qu’elle continuait de venir pour se mettre toute nue chez moi.Un soir, je l’ai même attendue après qu’elle m’ait prévenu qu’un mec avait prévu de lui présenter un pote. Je m’en fichais.Elle se douchait, puis elle venait s’empaler sur ma bite en disant :« Ne t’attache surtout pas à moi. »Puis j’ai rencontré Claire. Une petite blondinette avec qui, dès que nous nous sommes regardés, j’ai su que j’allais pouvoir faire des projets.Nous avons fait l’amour, elle et moi. Passionnément.Puis un enfant, l’année suivante.Nous nous sommes mariés et nous avons acheté une maison.Je l’aime.Elle est adorable, tendre et attentive. Patiente. Douce.Claire est mon idéal. Celui qu’on a quand on est gosse, puis adolescent. Une petite merveille. On parle beaucoup et on se comprend. On se soutient dans les moments difficiles et on rit dans les périodes de joie.Nous n’avons pas tout à fait les mêmes horaires, elle et moi, mais tout se passe bien. Elle veut un autre enfant. Je suis d’accord. Nous en avons parlé sérieusement il y a deux jours. Claire est heureuse.Moi aussi.Nous sommes ensemble depuis deux ans et demi.Sexuellement, il y a des choses qu’elle n’aimerait pas, je le sais. Je le sens, alors je ne lui en ai jamais parlé. Je ne lui en veux pas. Ce n’est pas grave. Je les fais avec Christelle, une ou deux fois par semaine, quand Claire est au boulot et que le petit est à la crèche. Ou alors à l’hôtel, je lui suce l’anus et, à chaque fois, avant de jouir, elle me dit :« Ne t’attache surtout pas à moi. »Et puis je gicle dans sa bouche de magnifique salope.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir