Posted on

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bdsm

Mel ou l’histoire d’un dressageCHAPITRE 1La révélationJe l’ai rencontrée au cours d’une soirée. Une belle petite blackette dans sa robe blanche moulante et ses escarpins assortis. Nous avons discuté de tout, de rien, des attentats commis par les barbares décérébrés et ignares de Daech, de l’été qu’on a attendu trop longtemps, bref de la vie, la petite comme la grande. Ce soir là j’ai enregistré plusieurs messages de la part de la belle. D’abord que je lui plaisais. Un « vieux singe » comme moi a appris à décrypter certains signaux féminins. Ca fait toujours plaisir ! Ensuite que le sexe elle aimait bien ça. Bien sur, comme ça, dès la première rencontre elle n’allait pas me dire « tu sais, je suis une vraie salope qui écarte les cuisses avec plaisir ». Elle s’est contentée de dire « moi, tu sais, le sexe c’est très important dans ma vie ! », les yeux plantés dans les miens accompagné d’un sourire qui vous lèche les couilles.On a rien fait ce soir là. Trop de contraintes de part et d’autres. Juste un agréable « à bientôt j’espère.. » chuchoté dans le creux de l’oreille pendant la bise d’au revoir. Mais deux jours plus tard quand je l’ai appelé sur son portable, l’affaire a été vite réglée : « ok, viens chez moi ! » m’a-t-elle proposé…Quand elle a ouvert la porte j’ai immédiatement compris que j’avais vu juste. Les messages à peine subliminaux qu’elle m’avait envoyé l’avant-veille n’étaient pas du cinoche. La blackette s’était faite belle. Maquillage dans les blancs pâles, rouge vif aux lèvres, caraco en dentelle rose, mini-jupe en dentelle blanche et rose. Et bas sur hauts talons blancs. A travers tout ça on apercevait aisément sa lingerie souple et fine de dentelle blanche.Entre, me dit-elle d’un geste avenant de la main.Bonjour, « tu es très en beauté aujourd’hui » lui répondis-je en passant la porte et en arrivant dans un grand studio bien aménagé. Lumière tamisée par les rideaux tirés, grand lit aux draps jaune pâle, une ligne de miroir sur la longueur du pieu côté mur. « Merci, je me suis faite belle pour toi tu sais » me lance-t-elle en tournant sur la pointe de ses hauts-talons.Là, tout de suite, c’est Jojo, en bas, entre les jambes qui a pris les commandes. J’ai lancé ça comme on lance une idée farfelue :« Et moi je vais te dresser et t’éduquer pour te soumettre à ma queue ». Là, c’était quitte ou double. Ca passait ou ça cassait. Je prenais la porte dans le tarin ou je lui mettais la queue direct dans la bouche? Bingo ! Ca lui a plu à la demoiselle. Sa bouche s’est jetée sur mes lèvres et sa main sur Popaul. « Hum, c’est un homme comme toi que je veux… » m’a-t-elle chuchoté à l’oreille en me serrant la queue au travers du pantalon. J’avais déjà deux doigts sur sa chatte et je sentais la dentelle du mini-string… Ouvert s’il vous plait ! « Je veux être ta pute, ta pute soumise. Prends-moi par tous les trous mon chéri, montre-moi que je t’appartient… ». Un vrai festival. Une symphonie en pute majeur, du Rock, du hard, du velu, du bien salope. La voila qui appuie sur ma main qui touche sa chatte. Et, en parallèle sa couine sec ! « Hummm, chériiii, soumet-moi, fais de moi ta soumise, ta négresse esclave… » bave-t-elle en se caressant les seins. Moi, de mon côté, tout l’influx nerveux et sanguin est mobilisé sur le gland. Du coup, plus une goutte de sang pour casino siteleri le cerveau qui se met en mode hibernation. Je l’att**** par les cheveux:-Suce, chienne, suce la queue de celui qui désormais est ton maître.-Hummpf…-Suce petite pute à foutre, petite pute soumise…Elle gobe la queue jusqu’aux couilles. Ca lui fait sortir les yeux des orbites tellement elle prend profond. Mais dès qu’elle peut elle m’envoie un joli regard de pute fleuri d’un joli sourire. Je sors la bite et lui ordonne de se retourner. Elle offre son cul de blackette, bien cambrée, les trous bien visibles entre ses fesses. Popaul durcit un peu plus. Je fais le tour du pieu et lui remets la queue en bouche:-écoute bien, petite pute. Si tu veux mériter la queue de ton maître tu dois lui être totalement soumise.Elle lèche doucement ma queue.-Je ne demande que ça mon maître, chuchote-elle implorante.-A partir d’aujourd’hui tu obéiras à mes ordres quels qu’ils soient ? lui ordonnai-je en lui frottant le visage avec ma queue et mes couilles.-Oui, maître je t’obéirai ; j’obéirai à tout ce que tu me demanderas sans jamais refuser. Je n’ai pas le droit de refuser maître.-C’est bien, tu commences à parler comme une vraie négresse soumise. Mais ce n’est pas encore suffisant. Tu as des progrès à faire…– Oui maître..Je m’étends sur le lit, Jojo au garde à vous. Elle se place sur le côté. Je l’att**** par les cheveux et amène sa bouche sur ma bite. Elle avale la queue jusqu’aux couilles, elle étouffe mais reste soumise. Je ressors ma queue et lui ordonne de me sucer. Je la dresse : « Pour devenir une vraie négresse soumise tu dois savoir que le jus des couilles de ton maître est ce qu’il y a de plus important. Tu dois savoir que c’est le sperme de ton maître qui te permet de rester belle, jeune, attirante. Le jus des couilles c’est ta nourriture préférée, ton élixir de beauté » A ce moment elle m’a scotché. Elle s’est lancé dans un long monologue tout en me branlant et en frottant ses seins sur ma poitrine et ma queue. « Je veux être ta négresse soumise. Je veux être ta pute soumise, ta chienne, ta salope… Chéri, je suis soumise à ta queue, je suis une pute, une chienne en chaleur… Chéri, prend mes trous, encule-moi, et donne moi ton jus dans ma bouche de pute ».Quand on entend ça, faut pas se poser de questions. D’ailleurs Popaul qui a prit les commandes depuis pas mal de temps, n’est pas là pour organiser des réunions pendant lesquelles on va se gratter les cheveux et se pincer le nez pour savoir si c’est correct, moral, de la prendre comme une pute ou si c’est pas bien de le faire. S’il faut mettre des formes, ménager des susceptibilités, adopter une posture particulière… Non ! Popaul il est là, gonflé à bloc, prêt à toutes les éventualités et il s’en bat les couilles de ces questions. Ce qu’il veut Popaul c’est être fourré dans tous les trous de la demoiselle et lui cracher le maximum de foutre dedans.La voila qui suce fougueusement. Elle accélère les va et vient tout en me jetant des œillades de salope. Du bout des doigts elle flatte les couilles comme pour les inciter à lui fournir le maximum de jus. Je n’en peux plus. Je lui att**** les cheveux pour l’arrêter.-Une vraie femelle ça réclame le cul, lui soufflai-je.-Encule-moi, encule-moi fort avec ta grosse queue, se met-elle a gémir canlı casino en me tendant son cul bien en l’air. Je crache sur son petit trou. La bave coule doucement d’un trou à l’autre pendant que j’enfonce ma bite dans son petit trou du cul. C’est bien serré mais ma salive fait son office de lubrifiant. Ma queue s’enfonce doucement dans le trou de velours. La petite pute pousse des petits cris de femelle. Je suis entré jusqu’aux couilles, ma bite est entièrement logée dans ce cul bien chaud. Je le sens comprimer ma queue comme s’il voulait aspirer ma bite et mes couilles avec. « Vas-y, plus fort, soumet-moi par le cul chéri », couine la demoiselle. Je tape fort. Ma bite lui défonce le cul et elle a l’air d’aimer ça la garce ! Et ran et ran et ranpataplan voila le petit trou tout fermé au début qui doucement s’ouvre et se dilate. Elle gueule « encule-moi encore, encule moi fort, je veux être ta soumise ». Ma bite entre et sort dans un trou du cul bien ouvert. Madame est aux anges et goutte la soumission. Je n’en peux plus, j’ai le souffle court et les mains moites. Je me retire essoufflé.-Oh, chéri, continue je t’en supplie. J’aime quand tu me défonces le cul. J’aime me sentir soumise par mon Maître, se met-elle à brailler. Je lui présente la queue devant sa bouche. « Nettoie la bite qui t’a soumis » lui ordonnai-je. Un grand sourire illumine son visage. Elle me fixe droit dans les yeux et dit : « merci Maître, merci de m’avoir soumise » puis enfonce ma bite dans sa bouche. Je sens sa langue fouiller les moindres recoins du gland. Toujours en me fixant elle lèche la queue des couilles jusqu’au gland, du gland jusqu’aux couilles. Slurp… !!Je me lève et lui att**** les cheveux. Elle se laisse conduire courbée jusqu’au centre de la chambre sur le tapis gris qui étouffe les pas de ses talons. Les ordres claquent comme un fouet.-Accroupie-toi et écarte bien les cuisses petite putain. Maintenant branle-moi devant ta bouche de pute.La jeune blackette s’empare de ma bite de la main droite. De la gauche elle me flatte tendrement les couilles. La voila accroupie devant moi la bouche grande ouverte et la langue bien tirée. Elle astique mon gland du bout des doigts par des petits coups secs et nerveux. Je sens le foutre remplir mes couilles. La blackette se met à réclamer sa récompense. « Crache chéri, crache tout dans ma bouche de pute ! crache mon Maître, je veux ton jus…Je t’en supplie donne moi tout dans ma bouche de chienne soumise ».Les doigts s’agitent sur le gland et elle me lance de grands regards implorants. « Je vais tout cracher dans ta bouche de salope soumise » lui criai-je juste avant de lâcher la purée. La blackette ouvre une large bouche et tire la langue. Le jus gicle en jets puissants et lui rempli la bouche. Elle prend en souriant de satisfaction. La langue est maintenant inondée de foutre et des coulées de sperme bavent de ses lèvres. Elle gémit de contentement. Elle s’empare de ma queue et la suce tout doucement. « Je veux tout avaler » chuchote-t-elle puis ouvre un large bec afin de me montrer sa bouche remplie de jus.-Avale, chienne soumiseLa glotte fait un glups et un petit gémissement de satisfaction accompagne l’avalage du foutre. Ses joues, ses lèvres, son menton brillent du sperme épais qui dégouline de sa bouche qui reprend la queue, kaçak casino doucement, très doucement. La dame pousse des petits gémissements de satisfaction féminine tout en me nettoyant proprement la bite. La langue caresse le gland sans forcer, légèrement, mais avec précision. Je sors ma queue de cet écrin buccal.Elle s’agenouille devant moi et lève ses yeux vers les miens. Du bout des doigts elle s’empare de Popaul, déjà moins vaillant que quelques minutes auparavant. Elle pose un long bisou sur le gland puis, les yeux plantés dans les miens, me lance-Merci Maître, merci pour tout le bon jus que tu m’as donné. Merci Maître pour m’avoir bien baisée et enculée comme une pute soumise, comme une chienne, comme une femelle soumise. Merci Maître mais je n’en ai pas eu assez. Je veux encore du jus de tes couilles Maître, je t’en supplie, donne moi encore du bon foutre de tes couilles….Pour la faire taire, je lui fourgue ma queue toute molle dans la bouche.-Tais-toi, putain ! Tais-toi, femelle soumise, lui ordonnais-je sèchement. Mets-toi en position de soumise j’ai à te parler.-Maître, c’est quoi une position de soumise, m’interroge-t-elle inquiète.Pour toute réponse ma main droite lui colle une fessée qui claque sur son postérieur. Elle gémit et m’envoie un regard suppliant. Elle est confuse et je vois qu’elle cherche dans sa petite tête de femelle ce que signifie l’ordre que je lui aie donné. J’aime la voir ainsi, affolée de ne pas satisfaire son maître, désolée de ne pas savoir répondre à ses exigences. Calmement je lui explique qu’elle n’est pas encore bien dressée et qu’il va falloir qu’elle apprenne bien des choses avant de devenir « une vraie soumise, digne de ce nom ». Elle tente d’ouvrir la bouche mais je lui ordonne de se taire. -Tu n’es qu’une pute, qu’un sac à foutre, qu’une chienne soumise que je baise et que j’encule quand je veux et comme je veux et qui ne demande qu’une chose : satisfaire son maître. Sauf ordre contraire quand je te parle, quand j’ai quelque chose à te dire, tu dois écouter ton maître comme une soumise c’est-à-dire en lui montrant tes trous, les cuisses bien écartées. C’est à toi de voir quelle position tu penses être la meilleure pour respecter ton maître. Tu peux te mettre sur le dos et écarter tes cuisses face à moi pour que je puisse bien contempler les trous qui m’appartiennent. Tu peux aussi, te mettre en levrette bien cambrée et toujours les trous bien offerts à la vue de ton dominateur. Tu as compris putain ? Tu as compris salope ?Elle n’ose pas parler de peur de commettre un impair. Elle ne sait si elle doit répondre à ma question ou si elle doit se taire comme je le lui ai ordonné. Elle me jette des regards affolés qui trahissent sa confusion. Bien qu’en pleine anarchie mentale elle croit avoir compris ce qu’exige le maître. Promptement elle s’étend sur le dos et écarte ses largement ses cuisses bien tendues vers le plafond. Sa chatte brille encore de la mouille des galipettes précédentes et son petit trou se souvient de la bite qui l’a défoncée en restant légèrement ouvert et tout rond. Je glisse un doigt furtif dans les deux fourreaux qui me sont offerts.-C’est bien, lui dis-je, tu progresses. Tu vas t’habiller comme je te l’ordonne et nous allons sortir. On en profitera moi pour recharger les couilles de bon jus pour pute et toi, pour appliquer la deuxième leçon du dressage qui consiste à apprendre comment se comporter en soumise en public. Tu peux parler maintenant femelle soumise, je t’autorise.-Merci mon maître. Je suis ta femelle soumise.A SUIVRE…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir