Posted on

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Exhibition pour une mature allemandeJ’étais en voyage en Allemagne cette année-là ! J’avais une trentaine d’années bien tassées (37 pour être précis) et en pleine possession de mes moyens, si vous voyez ce que je veux dire… C’était une époque encore dominée par la testostérone. Je faisais l’amour à ma femme quasiment tous les soirs et les triques survenaient souvent sans crier gare. Aujourd’hui, c’est « un peu » différent quoique je me défends encore assez bien…Nous étions en mai. Il faisait chaud. Je m’étais arrêté à Düsseldorf et je n’avais qu’une hâte : m’enfermer dans ma chambre d’hôtel, me dessaper et déguster une bière fraîche au mini-bar. A poil.C’était un hôtel en pleine ville, comme toujours avec un vrai vis-à-vis et des grandes baies vitrées de l’autre côté de la rue. Il était plus de 22 heures et la nuit était franchement là mais un réverbère éclairait ma chambre et le balcon de ma chambre qui se trouvait au premier étage de l’hôtel. Un assez grand balcon où je n’ai pas pu m’empêcher d’aller.J’étais là, accoudé à la rambarde quand j’entendis un grand vacarme de klaxons et de clameurs et je vis apparaître au détour de la rue un cortège de voitures, découvertes pour certaines, bondées de jeunes qui fêtaient visiblement un de leurs clubs de football. J’y étais : il y avait ce soir-là un match de coupe ankara escort machin-chose entre le Galatasaray et un autre club européen, en Turquie, et les supporters turcs se montraient ! Glatasaray avait gagné, manifetsement.Et j’étais là, à poil, bite en semi érection, accoudé au balcon. Ma queue passait même par un trou du garde-fou. A force de m’exhiber, je ne m’en rendais plus compte. Mais, trop tard pourrais-je dire, j’étais vu ! Un embouteillage a fait stopper le cortège juste devant l’hôtel. Un des jeunes, levant la tête, m’a vu et en moins de dix secondes, j’avais une cinquantaine de paires d’yeux masculins et féminins – de très belles filles très court vêtues ! – dirigée vers ma bite ! Les clameurs et les cris se succédèrent. Moi, je participais un peu à la fête en me branlant, sous leurs encouragements. Une fille me montra se seins. Je lui envoyai un baiser en empoignant ma queue vers elle. Puis, le cortège reparti dans un brouhaha innommable de klaxons ! Ca commençait super bien…Je rentrai dans ma chambre m’ouvrir une bière et, tout en la dégustant, me mit sur le balcon à détailler ce qui m’entourait. Toutes les fenêtres étaient éteintes sauf une en face de moi et un peu décalée à droite. Je voyais une femme s’affairer autour d’un lit éclairé par une pauvre lampe. Son ombre, un moment s’approcha ankara escort bayan du carreau où elle resta deux ou trois longues minutes. Visiblement, quelque chose avait retenu mon attention… Ben, c’était moi pardi ! J’étais quasiment en face d’elle, à poil et la queue dressée !L’ombre disparut soudain et la chambre s’éteignit. Je ne détachai pas mon regard de cette fenêtre qui n’était plus qu’un trou noir car je sentais qu’elle était encore là. A me regarder sans doute. Et mon instinct d’exhibitionniste ne me trompait pas : je vis soudain une petite lueur rouge, un point grossir puis fortement faiblir ; quelques secondes plus tard, cela recommença : elle était là, à me mater, sans être vue et elle fumait ! Alors, j’entrais dans la danse !Je posais ma broîte de bière, m’adossais au mur, une jambe repliée sur celui-ci et je commençais à me branler. Il faisait chaud, j’étais en sueur, ma bite grossissait à vue d’œil et je la montrais à une femme intéressée par le spectacle : que demander de plus ?Le point rouge était toujours là tandis que j’astiquais doucement mon zob. Toujours à rougeoyer plus fortement puis à faiblir. Quand il était au plus fort, j’entrevoyais le visage de la femme, blonde semblait-il, la cinquantaine Peut-être n’avait-elle pas vu une bite depuis des années…Mais la fréquence escort ankara était un peu plus rapide à présent. Alors que je venais de changer de position pour qu’elle me voit de profil, le rougeoiement s’éteignit tout à fait. Quelques secondes plus tard, une flamme et il revint : elle venait de rallumer une cigarette.Je me branlais de plus en plus énergiquement, à présent. Je sentais mon gland avoir du mal à retenir ma semence. Les spasmes apparaissaient tout au long de la hampe. J’allais juter ! Avec un râle, je laissais échapper un premier jet de sperme puis trois autres à courts intervalles. J’en tremblais sur mes jambes tellement cela avait été intense ! La cigarette rougeoyante était toujours là puis elle disparut. Derrière un rideau qu’on venait de tirer.Moi, j’étais super excité. Je rentrais dans ma chambre, avec une gaule encore respectable. J’allais la nettoyer dans la salle de bains et je revins mettre un film porno sur la télévision. Ca parlait allemand dans ce film mais les deux très jeunes filles, qui en étaient les héroïnes avec un gars monstrueusement membré – une bite longue, longue et d’un blanc ! – mettaient une ardeur à sucer des bites vraiment admirable ! Ce qui fait que ma trique s’est de nouveau bien affirmée et que j’ai dû me palucher par deux fois pour me calmer.La nuit fut courte. Le lendemain matin, j’ai tenté, mais en vain, de voir ma spectatrice. Le rideau est demeuré fermé jusqu’à mon départ. Il ne restait qu’une trace de sperme encore frais sur le sol du balcon pour me rappeler cet agréable moment d’exhibition…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir